Pornic

Au IXe siècle, Pornic fait partie du comté d’Herbauges, qui regroupe militairement l’ensemble des paroisses et villages du bas-Poitou en lutte contre les invasions Vikings. En 851, le roi de Bretagne, Erispoë, et le roi de France, Charles le Chauve, signent le traité d’Angers qui permet aux Bretons d’élargir leur territoire en occupant le Pays rennais, le Pays nantais et le pays de Retz.

Au Xe siècle, le duc de Bretagne Alain Barbe-Torte érige une forteresse dans la vallée de Pornic pour protéger la ville des Vikings. De ce castrum ne subsiste au XXIe siècle que le nom de la rue de la Douve et du chemin des Remparts, et le relief de la butte du calvaire. Plus tard elle devient une des résidences de Gilles de Rais, personnage qui a inspiré le conte de Barbe-bleue. L’histoire de la ville est également liée à celle de l’abbaye Sainte-Marie (à l’origine de la commune de Sainte-Marie-sur-Mer).

Pendant la Révolution, une part importante des Pornicais est favorable à la République. Le 23 mars 1793, la garde nationale, composée de 400 hommes conduits par un prêtre, curé du Clion, s’affirmant « curé républicain », sort de la ville pour récupérer du blé. Les « blancs » (troupes royalistes) en profitent pour attaquer la ville : c’est la première bataille de Pornic. La ville est prise par le marquis de la Roche-Saint-André. Les Paydrets, une fois la victoire acquise, s’enivrent, ce qui permet aux républicains de reprendre la ville. L’armée royaliste compte de nombreuses pertes, et 250 blancs faits prisonniers par les républicains sont fusillés. Le 27 mars a lieu la deuxième bataille de Pornic les insurgés menés par Charette s’emparent de la ville, la pillent et mettent le feu aux maisons supposées abriter des républicains. Un mois plus tard, Charette évacue Pornic devant la menace du général républicain Beysser.

 

Le château est bordé d’un côté par l’océan et est construit sur un site défensif, il assurait au Moyen Âge la défense du port.

  • Au Xe siècle, Alain Barbetorte, Duc de Bretagne le construit en bois et en fait une place forte, il est alors occupé par une garnison qui protège l’entrée de Pornic.
  • Au XIIe siècle, il est la propriété des seigneurs de Rais qui le reconstruisent en pierre et lui donnent de la valeur.
  • Au XVe siècle, il appartient à Gilles de Rais puis est confisqué par le duc de Bretagne au moment de son procès.
  • Au XVIIIe siècle, le marquis Alexandre de Brie-Serrant, économiste distingué, achète la baronnie de Retz en 1778. Ses biens sont confisqués pendant la Révolution française, puis de mauvais placements financiers, l’ont totalement ruiné. Le baronnie de Retz n’est réglée que partiellement et tous les châteaux de son duché sont en ruine lorsqu’il décède en 1814.
  • Au XIXe siècle, le château de Pornic, appartient à Casimir Perier, Jacques Laffitte et Philippe-François-Didier Usquin, banquiers, créanciers de la succession du marquis.
  • En 1824, il est racheté par le négociant Joseph Le Breton, adjoint au maire de Nantes et fondateur de l’établissement des bains de mer. Il réalise une première restauration du château.
  • En 1886, ses descendants, font appel à l’architecte nantais François Bougoüin, pour lui donner son aspect actuel, avec des fenêtres en plein cintre appareillées en briques, dans l’esprit de l’architecture italienne du château de Clisson.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s